15e année - N° 636 - Du 16 au 22 avril 2018
 

Newsletter

Iphone

L'agenda


Un petit port plein de charme au bord de la mer Égée dans un écrin à la fois montagneux, floral et végétal.


La péninsule de Bodrum se situe sur la côte égéenne montagneuse, la végétation méditerranéenne y est particulièrement luxuriante au printemps.
Elle est baignée par de nombreuses petites et grandes baies. Les villages aux maisons blanches glissent, harmonieusement en se lovant en pente douce, vers la mer. Bodrum, la capitale de cette région est une des stations balnéaires phare des côtes turques.
L’urbanisation contrôlée respecte encore la beauté sauvage de cette presqu’île, mais pour combien de temps ? On peut déjà constater quelques dérives ! Pitié messieurs les politiques, attention au bétonnage excessif qui risque de tuer la poule aux œufs d’or.
La ville blanche, le Saint-Tropez turc, n’a pas Bardot mais Hérodote, célèbre historien géographe natif de ce lieu, un peu moins fun et glamour que notre star !
Pour être à proximité de tout ou presque, l’hôtel « Voyage Bodrum » est idéal. Avec ses planches qui évoquent Deauville, la vue sur le château Saint Pierre, et le cœur de la ville là tout à côté.



Un petit tour dans la ville

On s’engouffre dans des ruelles colorées et odorantes, avec pour point de repaire le fameux Château Saint Pierre datant du XVe. Une superbe forteresse, qui domine la ville. Il faut absolument visiter le château.
On arrive naturellement sur le port où se côtoient barques de pêcheurs, yachts caÏques de bois, conçus sur place, et autres canots. Entre le 16 et le 24 octobre une grande manifestation à la fois sportive et festive : « l’international Bodrum cup yacht race ». Pourquoi ne pas naviguer à la demande, sur ces luxueuses embarcations pour aller à la découverte des  îles turques. En fond de décor, Kos, île grecque à quelques encablures, se visite aussi à partir d’une navette quotidienne.
Les plages, toutes à proximité, attendent les amateurs de baignade et de « bronzing ».
Le soir la vie nocturne reprend ses droits, la ville s’anime et s’illumine.  Boutiques, bars restaurants, et boîtes de nuit…… . Une ambiance musicale et festive dans toutes les rues. On compte des dizaines de lieux pour faire la fête, beaucoup plus que de mosquées, qui elles, sont très discrètes, et pourtant là, tout à côté. Tout ce petit monde cohabite en toute harmonie.





Un petit retour vers le passé

Les amateurs de vielles pierres ne seront pas déçus. Alexandre le Grand et les romains sont passés par là en laissant leur empreinte par de nombreux vestiges dans toute la région.
Par exemple, le théâtre grec au cœur de la ville où se déroulent festivals de danse et de musique.
Les vestiges du tombeau Mausolée d’Halicarnasse, l’une des sept merveilles du monde antique et, ancien nom de Bodrum. Mausolée où reposait le roi de Carie.
On peut voir aussi, sur la colline une série de moulins à vent fièrement dressés dont certains sont, hélas, en ruines.
À quelques jets de pierres, Labrauda, sanctuaire Carien de Zeus. Un magnifique site rocheux à 750m d’altitude en pleine nature. Magique !
Pour les accrocs des vielles pierres, une journée à ne pas manquer sur le site archéologique de Milet avec son théâtre, ses bains romains de Faustine, le temple de Serapia. À Didymes, le temple d’Apollon, le Bouleutérion et le théâtre de Priène, un des mieux conservés de l’époque Helléniste.



Découvrir la gastronomie turque

Chacun peut trouver son bonheur dans les établissements de Bodrum. Côté occidental, les restaurants séduiront les plus traditionnels, côté oriental, les amateurs d’originalité aimeront aller à la découverte. Restaurant chic chic, bistrots, gargote ou étal pour manger sur le pouce, le choix satisfera tout le monde. Du kebab au börek, de l’houmous au dönner, il faut goûter. Goûter aussi la courge farcie, la confiture de bergamote, la soupe aux lentilles corail et pois chiche, les aubergines à l’huile d’olive. Pour ceux qui adorent le poisson, « le yacht club Bodrum », le « Sait » sur le port dans la marina.
Quand aux vins turcs, ils gravissent les échelons des meilleurs vins à l’image internationale. On les trouve aussi sur les cartes de vins françaises. C’est seulement depuis 1923 que la viticulture est légalisée en Turquie. Ce qui a donné naissance au « centre de recherches vinicoles » en 1929.
Blanc, rouge et rosé, ils accompagnent fort bien les mets turcs. Le Kermizi, un rouge puissant et aromatique, l’Angora, en blanc ou rouge, le Kabatape, blanc, rosé et rouge et même… du « champ’ » !
Pour se remettre de ces pérégrinations touristiques culturelles et gourmandes, aller vous ressourcer au « tennis golf club de Bodrum ». Soit pour un parcours, soit pour un moment au milieu de la verdure, soit prendre un verre au club house.
N’oubliez pas de ramener les loukoums. Un délice « turkish delight » qui donneront envie à tous prendre un vol pour la Turquie.
Gérard Colombani. AFJET.





OÙ DORMIR ?

• Le Mandarin Oriental, pour les amoureux de solitude et de sensation de bout du monde.
Bodrum +90 252 311 1888
• Le Sianji well being, loin de bruits de la ville avec la mer à ses pieds.
Bodrum +90 252 382 8217
• Swissotel, dans une baie calme et tranquille.
Bodrum +90 252 311 3333

COMMENT S'Y RENDRE
Turkish Airlines. Des vols au départ de Marseille, Paris, Nice via Istambul et direct en saison
Le plus simple :
Mondial voyage, voyage à la carte
Promotion printemps, à partir de 990€ pour une semaine « all included » (vol hébergement, buffet tout au long de la journée).
http://www.mondialtourisme.fr
Tél. (0)1 42 46 83 28

(photos Gérard Colombani)

Publié le 18 avril 2016


le balicco

Dernières actualités

Le Saint Estève. Les lodges Sainte Victoire - Le Tholonet. Puissance 2 étoiles !

La table de Mathias Dandine figure, sans conteste, dans le peloton de tête des très bonnes adresses gourmandes du Pays d'Aix.

Cicada, table du hameau. Hameau des Baux à Paradou. La seconde saison de Stephan Paroche

Stephan Paroche a quitté la Haute Provence en 2016 et ses producteurs locaux pour les Alpilles où fourmille également une manne de produits, sans renier son identité culinaire et ses associations de goûts et de textures.

Le ciste. Château de la Bégude**** à Opio. Gastronomie et dîner de chefs

Le chef Gabriel Degenne, qui entame sa 6e saison à la tête des cuisines de l'hôtel dirigé par Jorge Gonzalez, propose une nouvelle carte gastronomique et une soirée à 20 mains pour fêter le 20e dîner des chefs.

18-59 à Sorgues. Vins et gastronomie

Ouvert depuis le 2 décembre dernier, ce restaurant, bar à vins, glacier et écailler, se distingue par son concept et ses animations, dégustations, soirées vigneronnes et soirées live, after work et cuisine goûteuse.

Les étoiles de Mougins. Mise en bouche

Autour du maire Richard Galy, la nouvelle équipe organisatrice a présenté, en avant-première, les grandes lignes du programme de la 13e édition du festival international de la gastronomie au Mas Candille à Mougins.

Concours "Jeune professionnel du café Malongo". Lucille Baussand termine seconde

L'élève du lycée technique hôtelier Bonneveine à Marseille, termine deuxième, derrière la lauréate, Chloé Laroche, du lycée Chamalières à Chamalières.

Concours « Un des meilleurs ouvriers de France » cuisine. Les thèmes de l'épreuve qualificative A

Les 498 candidats ont été répartis sur les 4 sites, retenus par le COET MOF et le président de la classe, pour réaliser une épreuve pratique en laboratoire de cuisine de 12 minutes après une découverte en salle du thème pendant 5 minutes.

Monaco goût et saveurs. Remise de prix du concours de crêpes 2018

Joël Garault, le président de l'association, a été doublement surpris, par le nombre de participants (162 !) et par la qualité des recettes reçues.

Au revoir de Nathalie Durand

« C’est avec une infinie émotion que je vous annonce mon départ de Pain-Petifour, après 26 ans d’une histoire de passions, d’hommes et de beaux produits ».

Disciples Escoffier international. L'actualité des délégations

L'écharpe orange est attribuée à deux jeunes espoirs du grand sud ouest, la délégation de la Mayenne est forte de 8 nouveaux membres, les sélections régionales pour le concours "Jeunes talents Escoffier" se poursuivent en Chine, autant de manifestations qui prouvent le dynamisme de l'association.

Le vin de la semaine. Le Gigondas signé Laurent Brusset

Les hauts de Montmirail 2016 et Les secrets de Montmirail 2016 sont deux cuvées haut de gamme des Côtes du Rhône, denses et harmonieuses.

Éditions Sud Ouest. Voyage gourmand en Périgord

Seize chefs du Périgord livrent leur vision de la gastronomie régionale notamment en présentant leur lieu préféré, un producteur avec lequel ils ont créé des liens de collaboration ainsi que trois recettes.

Éditions Terre vivante. Produire tous ses légumes, toute l’année !

Il est possible de consommer des légumes frais issus du potager toute l’année ! Ce livre explique comment planifier ses cultures, étaler et gérer les productions, stocker et conserver, passer la période creuse de l’hiver…

Éditions Sud Ouest. Pâte feuilletée pas à pas

30 réponses dans ce petit livre, qu’elles soient salées ou sucrées, ces recettes allient simplicité et présentation soignée.

CRT Côte d'Azur. Grèves et tourisme : mieux vaut prévenir que guérir

La destination #CotedAzurFrance lance une campagne de promotion pour une hausse de l’affluence étrangère en anticipation du risque de baisse de la clientèle française pour cause de grèves.

em@il gourmand

Gérard et Michelle Bernar
Rédaction et photographies

19, avenue de la croix des gardes
06400 Cannes

(0)6 33 55 01 19

gerard.emailgourmand@gmail.com
La vraie charcuterie corse. Où la trouver ? comment distinguer les produits originaux ? Les efforts entrepris par les éleveurs semblent sur le point de porter leurs fruits : un AOC ne devrait plus tarder à apporter à la charcuterie corse son passeport pour les assiettes des gourmets. En savoir plus sur la vraie charcuterie corse